Quel message de prospection envoyer pour vendre ?

Je vous en parlais il y a quelques jours.

Il m’a suffi d’envoyer un message sur Facebook à un prospect pour que deux minutes après il signe avec moi.

Suite à ce mail, j’ai reçu une question d’un abonné sur la teneur de ce fameux message.

Qu’avait-il de si spécial pour être aussi efficace ?

Cette question je la comprends car je me la suis moi-même posée.

 

Il y a quelques années je débutais mon activité d’infopreneur au Portugal.

Je posais donc plein de questions à mon formateur Stan Leloup :

 Parmi toutes ces questions, elle était là.

“As-tu un mail type que tu peux me partager ?”

 

Franchement, je reposais tous mes espoirs sur ce message.

Je pensais qu’il me suffisait d’avoir ce message pour obtenir tout ce que je voulais.

Mais aujourd’hui avec le recul je comprends que ce message n’a presque aucune importance parce que ce qui compte c’est le travail de persuasion fait avant et après son envoi.

 

Je m’explique.

Dans le cas du prospect qui a signé en deux minutes. 

Ce n’est pas mon message banal (vous verrez) qui l’a convaincu de bosser avec moi.

Mais c’est mon travail de personal branding fait en amont sur Facebook et de persuasion fait pendant toute la durée de la conversation qui l’a convaincu.

 

C’est pareil pour la vente de formations.

Ce n’est pas uniquement la page de vente qui va persuader d’acheter.

C’est tout le tunnel de vente avant l’arrivée sur la page.

Et c’est toute l’expérience après l’achat qui va le persuader de racheter chez vous.

 

Le diable est dans les détails.

Chaque élément compte.

C’est pourquoi, si vous décidez de travailler avec moi je vous propose de travailler de fond en comble sur votre business.

Nous revoyons ensemble votre positionnement.

J’analyse votre marché ; concurrence, avatar.

C’est seulement après tout ça que je commence à écrire les premiers mots de votre future page de vente à fort taux de conversions.

Si travailler avec un copywriter formé par Stan Leloup vous intéresse, contactez-moi tout de suite par email.

À tout de suite,

Francisco

 

PS : Pour les plus curieux voici le message que j’ai utilisé.

Shares
Share This